Symphonie d’été

Des couleurs, des couleurs ! Elles sont toutes dans la nature, au-dessus de nos têtes, devant nos yeux, à côté de nos pieds. Ce matin, c’est la Combe du couchant qui s’illumine de mauve sous les premiers rayons du soleil.  

couchant lever soleil

En contrebas, le lac des Rousses exhibe ses roseaux dans la douceur de Juin. Les premiers pêcheurs sont arrivés, les premières barques seront bientôt à l’eau.

lac des rousses

A Lajoux, la tourbière du Manon profite elle aussi des belles lumières éphémères qui dorent ses plantes et souligne ses reliefs.

tourbiere lajoux

Sur une petite parcelle rocailleuse, de petites tiges sont apparues entre les coussins jaunes des sédums et les tapis violets des serpolets.

graminée

lotier corniculé

Tant la végétation est colorée, que même la bergeronnette grise aimerait changer de nom !

bergeronette grise vipérines

Dès 9 heures du matin, les abeilles viennent y faire leurs courses, accompagnées de quelques papillons et de nombreux bourdons.

abeille butine serpolet

Les serpolets sont visités un à un par les butineuses, et voient défiler minute après minute toute une bande de ces faiseurs de miel. Les vipérines aussi sont visitées, histoire de prendre un peu d’altitude et de voir là-haut ce qu’il s’y passe.

abeille butine vipérine

Le vulcain est aussi de la partie. Il déroule sa fine trompe jusqu’à aspirer le nectar de ces plantes séductrices.

vulcain

Un zygène s’est posé sur une scabieuse et profite lui aussi du repas champêtre. Les couleurs se donnent aux couleurs, les senteurs se mélangent. Ca bourdonne, ça siffle, et de temps un temps un léger air de brise nous rappelle qu’on est bien dans le Jura… des fois qu’on se croit en Provence !

zygene sur scabieuse

En tourbière l’ambiance est très différente. Ici les espèces sont moins nombreuses, mais typiques des milieux humides et très rares pour certaines.

tourbière la pesse

Les linaigrettes sont en pleine fructification. L’aire de répartition de ces « herbes à coton » va des régions arctiques jusqu’aux régions tempérées, où elles sont surtout présentes comme ici en montagne. Autrefois elles étaient répandues en plaine, mais elles y sont désormais rares du fait de la disparition de leur milieu.

linaigrette

Les renouées bistortes, déguisées en brosses à dents roses, se dressent vers le ciel par centaines. Autrefois (et plus rarement aujourd’hui), leur rhizome a fréquemment été consommé cru ou cuit. Les jeunes pousses et les feuilles sont également comestibles. Avis aux goutteurs aventuriers !

renouée bistorte

Autour de la tourbière la végétation est moins spécifique et donc plus courante. On retrouve les traditionnelles grandes gentianes jaunes qui, cette année, grimpent haut !

gentiane jaune jura

A leurs côtés poussent des plantes souvent confondues avec ces gentianes : les vérâtres. N’essayez pas d’en distiller les racines pour faire de la Suze, ce serait peine perdue.

veratre

Pire que ça : il est toxique tant pour l’homme que pour le bétail. Les escargots, peut-être, s’en accommodent-t ’ils !

escargot veratre

anes

Il y a à voir et à toucher de partout. Des insectes aux formes extraordinaires aux oiseaux qui viennent se nourrir en passant par les graines portées par le vent, le monde de l’été foisonne de vie. Vous sentez cette odeur d’herbe coupée qui vous titille les narines ? Les foins ont commencé, dépêchez-vous !

renard mulote champs fauché